Accueil > Articles > Daptone a 10 ans ! Let’s celebrate…
17 oct

Daptone a 10 ans ! Let’s celebrate…

Posted by 2 commentaires

Daptone Records est le label qui a su redonner à la SOUL ses lettres de noblesses. 10 courtes années ont suffi à Gabriel Roth, le fondateur de Daptone, pour s’imposer comme une référence parmi les nouvelles productions soul et dans le courant revival soul.

Revenons en 2002. G. Roth, bassiste ne jurant que par la musique noire d’avant 1974, et le saxophoniste Neal Sugarman construisent à la sueur de leurs fronts un studio d’enregistrement dans une maison délabrée de Bushwick. C’est ici qu’il fondera le label Daptone Records et de ce lieu qu’il sortira les meilleurs sons soul funk de ces dernières années.

Sharon Jones & The Dap-Kings, « Got A Thing On My Mind », un des premiers enregistrements à sortir de Daptone Records

Les débuts sont difficiles. Gabriel Roth prend un poteau en voiture et en ressort presque aveugle pour l’enregistrement de Naturally,  le premier album de Sharon Jones & The Dap-Kings. Et malgré une notoriété grandissante de Sharon Jones dans le monde des diggers, les ventes peinent à décoller. C’est que le grand tournant soul n’a pas encore été pris, avec l’arrivée d’Amy Winehouse, et dont profitera Daptone Records.

Mark Ronson choisit les Dap-Kings pour enregistrer Amy Winehouse

Mark Ronson, alors producteur du futur Back To Black est à la recherche de ce son soul enfoui et jamais retrouvé depuis les années 70′s. Et c’est par la plus probable concurrence de circonstances qu’il fera appel aux Dap-Kings comme backing band en studio et en concert et à la Daptone House of Soul pour enregistrer.

La suite, on s’en rappelle un peu mieux et les choses commencent à pas mal tourner pour Daptone. En 2006-2007, Amy Winehouse remet la soul au goût du jour en vendant Back To Black à 3 millions d’exemplaires et Sharon Jones la jouera habile en sortant l’excellent 100 Days, 100 Nights en 2007 et en enchaînant les concerts. Elle surfera sur cette nouvelle vague soul. 100 000 copies sont écoulées et la notoriété que Sharon Jones atteint est inespérée pour une petite chanteuse noire de plus de 50 ans… En 2010, l’album tout aussi monumental I Learned The Hard Way sort et impose Sharon Jones comme un incontournable de la scène soul.

« Up From South » du Budos Band

D’autres formations comme le Budos Band ou le Menahan Street Band, El Michels Affair (Truth and Soul Records*) participent à forger le son Daptone, mélange de funk, de soul un grain afrobeat, parfois dans une ambiance un peu noire. Black Milk vous recommande d’écouter tous ces artistes et tout ce qu’ils ont sorti depuis le début si ce n’est pas déjà fait. (« daptones » sur spotify, vous pouvez en retrouver une bonne partie).

* Le label Truth and Soul a été fondé par Leon Michel ancien saxophoniste des Dap-Kings (jusqu’à l’album Naturally). Toutes les formations du label Daptone et de Truth & Soul sont des combinaisons d’une grande famille de musiciens, la Daptone family.

« Money i$ King » de l’album My World de Lee Fields

L’album My World de Lee Fields et No Time For Dreaming de Charles Bradley ont également marqué des gros coups pour le label qui a su les exporter en Europe et donner au public des concerts de très grande qualité avec des backing band comme The Expressions (pour Lee Fields) ou le Menahan Street Band pour Charles Bradley. Quand le band prend le set avec « Make The Road By Walking » pour chauffer le public, difficile de cacher sa la banane sur le visage. (précisément ce live)

« No Time For Dreaming » de Charles Bradley & The Menahan Street Band

Cela fait quelques années que l’on prend un grand plaisir à écouter la bonne musique que Daptone produit. Une musique sans sa gelée brillante de marketing, sa promo télé-réalité et son surmixage aseptisé… Some real good shit comme ils disent à Brooklyn. Ou comme Daptone Records le disent eux même, 10 ans qu’ils nous servent les plus savoureuses nuggets/pépites de soul, funk, gospel et afrobeat que l’on peut trouver sur un plateau de vinyle.

Article sur Daptone : Soul Reviver (New York Times)